Informations utiles si vous allez à CUBA


Révision : 18 mars 2010.





1. INTRODUCTION

Les présents Conseils aux voyageurs remplacent les précédents en date du 3 novembre 2004. Des modifications ont été apportées à la section 9 de ces Conseils.

2. ATTENTION
 

Séjours à Cuba : assurance voyage obligatoire dès le 1er mai 2010


Les voyageurs étrangers et les Cubains résidant à l'étranger devront être obligatoirement munis à partir du mois de mai d'une attestation d'assurance couvrant notamment les frais médicaux pour entrer à Cuba, selon une directive publiée samedi au journal officiel. La nouvelle réglementation, qui entrera en vigueur le 1er mai, précise que « tous les voyageurs, étrangers et cubains résidant à l'étranger » devront, pour pouvoir entrer dans le pays, être munis de documents attestant qu'ils ont souscrit une police d'assurance voyage, couvrant les frais médicaux, délivrée par un courtier ou un organisme reconnu par les autorités cubaines.
  
Les étrangers en séjour temporaire sur l'île devront être couverts par une assurance médicale souscrite auprès d'un organisme « cubain ou étranger, à condition qu'il soit agréé à Cuba », selon le texte approuvé en conseil des ministres.
  
Sont dispensés de l'application de cette réglementation le personnel diplomatique ainsi que les « représentants des organisations internationales accrédités à Cuba ».
  
La vente de polices d'assurance sera assurée aux points d'entrée dans l'île, ajoute le texte.
  
Selon les statistiques officielles, 2,4 millions de touristes et 300 000 Cubains résidant à l'étranger, notamment aux Etats-Unis, se sont rendus à Cuba en 2009.

 

Pour l'achat d'une assurance voyage  visitez :    www.resa.ca/rbc


Haut de la page

3. SÉCURITÉ

On observe une hausse constante du nombre de Canadiens victimes de vols à la tire, de vols et d'agressions, surtout dans la vieille ville de la Havane, à la Havane près de la Plaza de la Revolución (Barrio Cerro) et dans divers quartiers de Vedado, ainsi que sur les plages de Varadero et les Playas del Este. Le taux de délits mineurs reste cependant peu élevé. Il faut être constamment sur ses gardes, surtout dans les secteurs touristiques, et toujours garder ses effets personnels, passeports et autres documents de voyage en lieu sûr en tout temps. Les incidents doivent être rapportés à la police locale, qui ne fera probablement guère plus que de vous remettre un document indiquant qu'elle a recueilli votre déclaration et la date. On recommande toutefois aux Canadiens qui se feraient voler toutes leurs pièces d'identité et leur argent de communiquer d'abord avec l'ambassade du Canada avant de s'adresser à la police. Sinon, ils pourraient être détenus jusqu'à ce que leur identité et leur solvabilité soient établies.

Il est dangereux de conduire à Cuba. Les accidents de la route constituent la cause la plus fréquente pour laquelle des Canadiens sont détenus et traduits en justice à Cuba, qu'ils soient responsables ou non de l'accident. Les accidents causant des blessures à un tiers ou provoquant sa mort sont considérés comme des crimes. Il incombe d'ailleurs au conducteur de prouver son innocence et il est passible d'une peine de prison allant de un à dix ans. Quelle que soit la nature du crime ou de l'accident, l'affaire peut prendre de cinq mois à un an avant d'être portée devant les tribunaux et dans la majorité des cas, le conducteur ne peut quitter le pays tant que le procès n'aura pas eu lieu.

Haut de la page

4. TRANSPORTS

On recommande aux Canadiens d'éviter de conduire. Les déplacements par la route peuvent être dangereux. La signalisation routière est presque inexistante. Les bicyclettes, les piétons et les charrettes tirées par des chevaux qui circulent au milieu de la chaussée ne cèdent pas immédiatement le passage aux voitures. De nombreux véhicules sont vétustes et mal entretenus. Les véhicules en panne sont souvent abandonnés sur le bord de la route en attendant d'être réparés. La plupart des routes ne sont pas éclairées et les véhicules sont rarement équipés de phares ou de réflecteurs. Si vous devez prendre le volant, il faut donc conduire prudemment en tout temps et éviter de conduire après la tombée de la nuit. La Autopista Central (route nationale), qui traverse l'île sur toute sa longueur, est en général bien entretenue, mais les autres routes sont généralement en très mauvais état.

Louer un véhicule à Cuba ne va pas sans risques. On peut s'assurer, mais la protection n'est pas la même que celle habituellement offerte au Canada. Si un touriste est en faute dans un accident, l'agence de location annule la protection et réclame des dommages-intérêts pour les réparations. Les agences de location appartiennent à l'État et peuvent vous empêcher de quitter le pays tant que vous n'aurez pas payé les dommages. Les frais associés à un accident peuvent se chiffrer à des milliers de dollars américains.

Les vols de Cubana entre le Canada et Cuba sont assurés par des Airbus 320. Ces appareils sont parfois remplacés à la dernière minute par des Illioushine 62, avions de fabrication russe plus anciens. À Cuba même, on utilise encore des Antonov-24 et 26 de fabrication russe pour les vols intérieurs. L'écrasement d'un Antonov-2, en mars 2002, a causé la mort de 16 étrangers. Ce dernier appareil n'est plus en service.

La compagnie d'autocars Viazul offre un bon service interurbain, mais ce service n'est pas fréquent. Les autobus urbains sont rares et bondés.

Les voyagistes ont un bon service d'autobus entre les aéroports et les centres de villégiature. Les autocars utilisés pour les excursions offertes par les hôtels sont également en bon état. Toutefois, ils ont tendance à rouler à grande vitesse sur des routes étroites où circulent également de nombreuses charrettes tirées par des chevaux, et des bicyclettes. À cet égard, la situation est particulièrement inquiétante sur l'autoroute qui relie les hôtels de Guardalavaca et l'aéroport Holguín.

Haut de la page

5. CATASTROPHES NATURELLES ET CLIMAT

La saison des ouragans dans les Antilles s'étend de juin à novembre. Des inondations peuvent alors se produire. Les transports, les services publics, les services d'urgence et les services médicaux, ainsi que l'approvisionnement en eau, en essence et en aliments, risquent d'être perturbés. On recommande aux Canadiens de suivre les bulletins météorologiques locaux, de ne pas se rendre dans les zones sinistrées et de se mettre en rapport avec l'ambassade du Canada à La Havane (voir ci-dessous) s'ils ont besoin d'aide. Il est conseillé aux voyageurs de contacter leur agent de voyages ou leur voyagiste avant de partir, afin de vérifier les arrangements de leur voyage.

Haut de la page

6. LOIS ET COUTUMES DU PAYS

Vous devez respecter les lois du pays où vous séjournez. Les délits graves peuvent entraîner l'emprisonnement. Les peines d'emprisonnement sont purgées sur place. Toutefois, le Canada et Cuba ont signé un traité qui permet à un Canadien emprisonné à Cuba de demander son transfèrement au Canada pour y terminer sa peine. Le transfèrement nécessite l'accord des autorités canadiennes et cubaines, et peut prendre plus d'un an.

Les Canadiens arrêtés ou détenus à Cuba ont le droit de communiquer avec le bureau du Canada (ambassade, haut-commissariat, etc.) responsable des services consulaires pour ce pays (voir ci-dessous), et les agents procédant à l'arrestation doivent les aider à le faire. Les représentants consulaires du Canada peuvent fournir une liste de bureaux d'avocats de la région.

Les représentants consulaires pourraient ne pas être autorisés à voir un détenu canadien jusqu'à 21 jours après son arrestation. Les agents consulaires canadiens seront d'ailleurs accompagnés par des représentants des autorités cubaines au cours des visites à des Canadiens arrêtés ou détenus.

En vertu du système judiciaire cubain, les accusations ne sont déposées qu'une fois l'enquête terminée, et vous pourriez être emprisonné pendant toute la durée de l'enquête.

Des crimes tels que le trafic de stupéfiants, la corruption de mineurs, le viol et la participation à la migration illégale de ressortissants d'autres pays vers un pays tiers sont passibles de longues peines d'emprisonnement. Cuba applique la peine de mort, mais celle-ci n'a jamais été imposée à un ressortissant étranger. La conduite en état d'ébriété est interdite.

Cuba s'efforce de prévenir l'exploitation des enfants par l'industrie du tourisme sexuel et des touristes ont été accusés et reconnus coupables de corruption de mineurs. À Cuba, l'âge légal pour avoir des relations sexuelles est de 16 ans. Comme au Canada, on ne peut invoquer le fait que la victime ait l'air plus âgée. Les peines de prison imposées pour ce genre d'infractions vont de 7 à 25 ans. La mise en liberté sous caution avant le procès est habituellement impossible.

Les voyageurs peuvent se voir offrir des articles au marché noir (par ex. des cigares) ou des pesos contre des dollars. De telles transactions sont illégales et peuvent entraîner des démêlés avec les autorités cubaines. Ne transportez jamais un colis pour un inconnu. Faites tous vos bagages vous-mêmes.

Les visiteurs doivent éviter les zones militaires, ainsi que tous les lieux à accès restreint ou fortement gardés, lesquels ne sont pas toujours clairement indiqués. Il est interdit de photographier des installations ou du personnel appartenant aux forces militaires ou policières, ainsi que les ports et les installations ferroviaires et aéroportuaires.

Avant de vous marier avec un Cubain ou une Cubaine, sachez qu'une fois au Canada, plus d'un ou plus d'une ont rapidement réévalué la situation et, la trouvant impossible à vivre, ont tout simplement abandonné leur conjoint canadien éberlué. Par ailleurs, votre mariage ne permet pas à votre conjoint d'entrer immédiatement au Canada : il faut au moins six mois pour traiter les demandes de visa d'immigration et le parrainage doit se faire à partir du Canada. Pour plus de détails, consultez le site www.cic.gc.ca.

Sachez également que le fait de vous marier avec un Cubain ou une Cubaine ne vous donne pas le droit de vivre avec lui ou elle à Cuba, même pour quelques jours pendant vos vacances. Vous devez acheter un visa (catégorie de la famille) pour pouvoir vous faire enregistrer auprès des autorités locales. Si vous ne suivez pas les règles, votre bien-aimé(e) risque de se voir imposer une amende, ou même en prison. De plus, les touristes n'ont pas le droit d'inviter des Cubains dans leur chambre d'hôtel (même s'ils sont mariés), à moins d'être muni du visa susmentionné. Les Cubains qui accompagnent des visiteurs étrangers, surtout dans les bars et les hôtels, pourraient se voir demander une pièce d'identité et refuser l'entrée.

Les Canadiens qui désirent marier un Cubain à Cuba doivent présenter les documents suivants :
a) un passeport valide et la carte de touriste qu'on leur a remise à leur arrivée à Cuba;
b) un certificat de naissance traduit en espagnol et légalisé à l'ambassade de Cuba dans le pays de délivrance. Dans le cas de Canadiens nés à l'extérieur du Canada, veuillez communiquer avec l'ambassade de Cuba au Canada (voir ci-dessous) ou le Consultoria Jurídica Internacional (tél. : 537-204-2490; 537-204-2437 / téléc. : 537-204-2303 / courriel : cji@cji.get.cma.net);
c) un certificat ou un affidavit de célibat, ou un certificat de divorce, ou un certificat de mariage et un certificat de décès de l'époux ou de l'épouse.
Ces documents doivent être légalisés et authentifiés, accompagnés d'une traduction en espagnol dactylographiée sans erreurs ou corrections, et envoyés à l'ambassade ou au consulat de Cuba au Canada, pour qu'ils soient légalisés et authentifiés. Un certificat ou un affidavit de célibat délivré plus de trois mois avant la date du mariage, n'est pas accepté. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec l'ambassade ou le consulat de Cuba.

Les couples canadiens qui convolent en premières noces et désirent se marier à Cuba doivent présenter, pour les deux époux, les documents suivants :
a) un passeport valide et la carte de touriste qu'on leur a remise à leur arrivée à Cuba.

Si un couple canadien désire se marier à Cuba, mais que l'un des époux a déjà été marié, cette personne doit présenter, en plus du passeport et de la carte de touriste, les documents suivants :
a) si elle est divorcée, un certificat de divorce;
b) si elle est veuve, un certificat de mariage et le certificat de décès de l'époux.
De plus, ces documents doivent être légalisés et authentifiés par les autorités canadiennes, accompagnés d'une traduction en espagnol dactylographiée sans erreurs ou corrections, et envoyés à l'ambassade ou au consulat de Cuba au Canada, pour qu'ils soient légalisés et authentifiés.

En vertu de l'article 22 de la Loi sur le divorce du Canada, un divorce prononcé à l'étranger est reconnu au Canada aux conditions suivantes :
a) un des époux doit avoir résidé sur le territoire dans lequel le divorce a été obtenu pendant au moins un an avant le début de la procédure d'obtention du divorce;
b) la personne qui accorde le divorce doit avoir compétence légale pour le faire (c.-à-d. une personne officiellement désignée pour accorder des divorces à cet endroit).

Il n'y a pas de droits de douane sur les effets personnels apportés par les touristes. Les effets personnels comprennent les articles neufs ou usagés dont on a raisonnablement besoin en vacances : matériel de sport, bijoux, un appareil photo avec cinq rouleaux de pellicule, une petite caméra millimètre avec deux rouleaux de film, une caméra vidéo, une caméra numérique, des jumelles, un instrument de musique portable, un appareil d'enregistrement sonore portable, un récepteur radio portable et un mini-ordinateur personnel (ordinateur portatif). Pour plus de précisions, consultez le site www.aduana.islagrande.cu .

Les touristes peuvent apporter en franchise de douane 10 kg de médicaments et des cadeaux d'une valeur maximale de 50 $ US. Les gens apportent souvent des articles qu'ils offrent à des amis, parents, écoles, églises, etc. Il faut savoir que les douanes cubaines peuvent saisir tout ce qu'elles ne considèrent pas destiné à l'usage personnel du touriste. Tous les dons, quels qu'ils soient, qui dépassent les limites susmentionnées et qu'ils soient faits par des particuliers, des entreprises ou des organisations, doivent être transmis par l'entremise de l'ambassade de Cuba à Ottawa (voir ci-dessous) qui, à son tour, les fera parvenir à la seule agence cubaine chargée des dons, à savoir l'ICAP (Instituto Cubano de Amistad con los Pueblos, tél. : 537-55-2400; 537-55-2414 et 537-55-2420/ courriel : icap@ceniai.inf.cu )

Parmi les articles qu'il est interdit d'apporter à Cuba, mentionnons entre autres : talkies-walkies, téléphones mobiles, matériel GPS portatif, magnétoscopes, lecteurs de DVD, congélateurs, climatiseurs, cuisinières, chauffe-eau, poêles à frire électriques, grille-pain et fers à repasser (c.-à-d. tout article qui consomme beaucoup d'électricité). Sont aussi interdits les fruits et légumes frais, et le matériel pornographique. Ces articles sont souvent saisis à l'arrivée et ne sont pas remboursés.

Haut de la page

7. AIDE OFFERTE AUX CANADIENS À L'ÉTRANGER

Les Canadiens se trouvant à Cuba peuvent obtenir une aide consulaire et de plus amples renseignements auprès de l'ambassade du Canada à La Havane ou du consulat du Canada le plus proche aux adresses suivantes :

LA HAVANE : Ambassade du Canada, Calle 30, no 518 Esquina a 7a, Miramar, Havana, Cuba (indicatif du pays et code régional : 53-7/ tél. : 204-2516/ téléc. : 204-2044/ courriel : havan@dfait-maeci.gc.ca / site Web : www.havana.gc.ca).

GUARDALAVACA : Consulat du Canada, Villa Cabanas 13-14, Guardalavaca, Holguín, Cuba (indicatif du pays et code régional : 53-24/ tél. : 30-320/ téléc. : 30-321).

VARADERO : Consulat du Canada, Calle 13 e/Avenida Primera y Camino del Mar, Varadero, Mantanzas, Cuba (indicatif du pays et code régional : 53-45/ tél. : 61-2078/ téléc. : 66-7395).

Les Canadiens qui ont l'intention de séjourner à Cuba plus de trois mois devraient s'inscrire auprès de l'ambassade du Canada à La Havane. Ils peuvent notamment s'inscrire en ligne, à l'adresse www.voyage.gc.ca/main/sos/rocapage-fr.asp et entrer les renseignements demandés.

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, téléphonez à l'ambassade du Canada à La Havane et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi appeler le Ministère à Ottawa, en composant le (613) 996-8885.

Haut de la page

8. EXIGENCES D'ENTRÉE / DE SORTIE

La décision de laisser entrer les voyageurs étrangers appartient à chaque pays. Tous les pays imposent des exigences spéciales aux personnes qui prévoient de résider sur leur territoire pendant une longue période (en général plus de 90 jours), d'y travailler, d'y étudier ou de s'y livrer à des activités autres que le tourisme. Pour vous renseigner sur les conditions d'entrée particulières, communiquez avec la mission diplomatique ou consulaire du ou des pays où vous comptez vous rendre. Ces conditions peuvent changer.

Une personne qui vend ou falsifie son passeport ou qui permet à une autre personne de l'utiliser commet une infraction criminelle pouvant conduire à des accusations et, si la personne est reconnue coupable, à une peine d'emprisonnement. En outre, les services de passeport pourraient lui être refusés dans l'avenir.

Les Canadiens doivent voyager avec un passeport canadien en cours de validité. Les autorités cubaines de l'Immigration ont confirmé que les passeports canadiens doivent être encore valides pendant au moins une semaine après la date prévue de leur retour au Canada. Pour éviter tout problème, il est également recommandé : 1) d'être titulaire d'une carte de touriste ou d'un visa d'affaires ou d'étudiant; 2) de toujours avoir en sa possession un billet de retour et 3) d'avoir une preuve que l'on dispose de ressources financières suffisantes pour la durée du séjour à Cuba.

Les touristes canadiens nés au Canada peuvent rester jusqu'à six mois à Cuba, mais doivent se présenter aux autorités d'immigration avant le 90e jour après leur arrivée pour demander une prolongation de séjour. Les autorités cubaines peuvent traiter différemment les touristes canadiens nés hors du Canada et limiter à 30 jours leur séjour maximum à Cuba, même s'ils voyagent avec un passeport canadien.

Les personnes qui ont une double nationalité (canadienne et celle d'un autre pays) et qui décident de ne pas utiliser leur passeport canadien en voyage ne seront pas autorisées à rentrer au Canada en présentant seulement la carte de citoyenneté canadienne. Cette pièce n'est pas un document de voyage et, avec peu de caractéristiques sécuritaires, elle peut être facilement falsifiée. Seul le passeport établit votre citoyenneté canadienne. On ne donnera pas de visa aux Canadiens qui utilisent un autre passeport. Toutefois, si vous êtes ressortissant d'un pays (p. ex. la France) pour lequel un visa n'est pas exigé pour les visites au Canada, vous pourrez entrer au Canada avec le passeport de ce pays.

Cuba exige que les Cubains-Canadiens ayant quitté le pays après 1971 présentent leur passeport cubain à la frontière. Par ailleurs, ils doivent présenter leur passeport canadien en revenant au pays. Cuba ne reconnaît pas la double nationalité et, légalement, quiconque est né à Cuba est considéré comme un citoyen cubain lorsqu'il est à Cuba. En outre, Cuba ne reconnaît pas les passeports qui n'indiquent pas le lieu de naissance. Selon la loi cubaine, le Gouvernement du Canada peut être empêché d'offrir des services consulaires à des Canadiens ou des immigrants reçus ayant aussi la citoyenneté cubaine. Pour tout complément d'information, prière de contacter un bureau du gouvernement cubain au Canada.

Depuis le 1er janvier 2004, pour prendre un vol à destination du Canada, les immigrants reçus doivent absolument présenter une carte de résident permanent. Le Canada n'appose plus de visa sur le passeport étranger des immigrants reçus.

Les gens qui résident aux États-Unis, y compris les citoyens canadiens, sont assujettis aux lois américaines visant les voyages à Cuba. En vertu de ces lois, les résidents ne peuvent dépenser de l'argent (quelle que soit la devise) pour faire un voyage à Cuba, à moins d'y être autorisés par le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control — OFAC). Ils peuvent même se voir imposer une amende s'ils se rendent à Cuba sans avoir obtenu l'autorisation de l'OFAC. Pour en savoir plus sur le programme de sanctions visant Cuba, veuillez communiquer avec l'OFAC, U.S. Department of the Treasury, au (202) 622-2520 (Washington, D.C.) ou au (305) 810-5140 (Miami). On peut également utiliser le service gratuit de transmission d'information par télécopieur de l'OFAC, 24 heures par jour, sept jours par semaine, en composant le (202) 622-0077.

Le gouvernement américain a annoncé qu'il allait surveiller étroitement la circulation maritime dans le détroit de Floride et que les autorités saisiront tout navire sans permis de l'OFAC si elles estiment qu'il se dirige vers Cuba. Tous les bateaux immatriculés au Canada et accostant en Floride sont soumis à ces mesures, alors que ceux qui sont simplement en route vers Cuba en passant par les États-Unis en sont dispensés. Si vous êtes dans cette dernière catégorie, attendez-vous toutefois à une fouille complète et à un interrogatoire serré.

Il est interdit aux visiteurs munis d'un visa de touriste de mener des activités commerciales. Si l'on prévoit faire des affaires à Cuba, il faut se procurer un visa d'affaires. On peut demander que le visa soit apposé 1) sur le passeport ou 2) sur une carte de visa d'affaires distincte.

Visa ou Carte de touriste : exigé
Visa d'affaires : exigé
Visa d'étudiant : exigé

Les cartes de touristes cubaines sont généralement remises aux voyageurs par le voyagiste ou la compagnie aérienne. Si l'on voyage par avion privé, on peut se procurer ces documents auprès d'un bureau du gouvernement cubain au Canada. Les voyageurs qui séjournent chez un particulier doivent se procurer un visa de touriste.

À compter du 8 novembre 2004, la taxe d'aéroport dont les voyageurs doivent s'acquitter avant l'embarquement devra être payée en pesos cubains convertibles.

Les objets d'art (notamment les artefacts et les peintures) doivent être accompagnés d'un permis d'exportation. Les galeries d'art appartenant à l'État remettent habituellement ce permis à leurs clients. Pour les achats effectués ailleurs, les voyageurs doivent faire inscrire les objets d'art au Bureau national d'enregistrement des biens culturels (Registro Nacional de Bienes Culturales, ( indicaftif du pays et code régional : 53-7/ tél. : 3-9658).

Cuba permet aux visiteurs d'emporter 23 cigares sans avoir à présenter un reçu. Si vous en exportez davantage, vous devrez présenter un reçu officiel au moment de votre départ. Les cigares doivent être dans leur boîte d'origine portant tous les sceaux officiels, y compris le nouveau sceau holographique.

En raison de la recrudescence des vols dans les bagages (y compris les valises fermées à clé), il est recommandé d'enlever les objets de valeur des valises avant de vous enregistrer à l'aéroport. Utilisez les emballages sous film plastique offerts à l'aéroport moyennant un coût minime afin de limiter les risques de manipulations abusives de vos bagages.

Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec l'ambassade de la République de Cuba, 388, rue Main, Ottawa (Ontario) K1S 1E3 (tél. : 613-563-0141/ téléc. : 613-563-0068/ courriel : cuba@embacuba.ca/ site Web : www.embacuba.ca) ou avec le consulat de Cuba à Montréal (514-843-8897) ou à Toronto (416-234-8181).

Haut de la page

9. L'ARGENT

Il n'est désormais plus possible d'utiliser des dollars américains ou des cheques de voyage de tout autre pays pour l'achat de biens et services, y compris d'hébergement. Tous les achats devront être effectués au moyen du peso cubain convertible (dont la valeur demeure égale au dollar américain). Il est possible d'échanger la monnaie américaine, mais des frais de 10p.100 sont ajoutés pour l'échanger en argent comptant. Il est aussi possible d'échanger la monnaie canadienne et les chèques de voyage contre le peso cubain convertible dans la plupart des grands hôtels et des banques, ainsi que dans les aéroports internationaux, sans courir les taxes de commission de 10p.100.

Les pesos cubains convertibles pourront être échangés aux aéroports internationaux avant de quitter le pays contre la monnaie américaine ou la monnaie canadienne, s’il y a lieu.

Il est recommandé d’échanger votre monnaie à Cuba puisque le peso cubain convertible ne peut pas être échangé à l’extérieur de Cuba.

Gardez les reçus des chèques de voyage séparés. Les cartes de crédit seront toujours acceptées dans les établissements importants, pourvu qu’elles n’aient pas été émises par une banque américaine. La carte American Express est difficile à utiliser, quel que soit le pays où elle a été émise. Les cartes bancaires ne peuvent pas être utilisées à Cuba. On peut obtenir des avances de fonds (de pesos cubains convertibles ou de dollars américains) avec une carte Visa ou MasterCard dans les banques, les hôtels ou les bureaux de change Cadeca. Si vous décidez d’obtenir de la monnaie américaine, vous devrez tenir compte du fait qu’elle ne sera pas acceptée dans le pays pour acheter des biens et services. À La Havane, les hôtels Parque Central, Cohiba, Nacional et le Miramar Trade Center ont des guichets automatiques où on peut obtenir des avances de fonds de pesos cubains convertibles avec la carte Visa. À Varadero, on trouve ce même type de guichets à la Plaza America et dans les banques. Il n’est pas possible de virer des fonds canadiens par l’entremise de la société Western Union à Cuba. Si vous utilisez un guichet automatique bancaire, faites-le pendant les heures de bureau à l’intérieur d’une banque, d’un supermarché ou d’un grand immeuble commercial. Par mesure de prudence, laissez vos numéros de carte à un membre de votre famille.

Haut de la page

10. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Cuba (capitale : La Havane) est l'île la plus étendue et la plus occidentale des Grandes Antilles. Elle est située au sud de la Floride, entre la mer des Antilles et l'océan Atlantique Nord. La langue officielle est l'espagnol. L'anglais de base et, dans une moindre mesure, le français sont également parlés dans la plupart des centres de villégiature, des hôtels et des lieux fréquentés par les touristes. Le survoltage et les pannes d'électricité surviennent souvent et à l'improviste. La plupart des lieux de villégiature sont équipés de génératrices.

Radio Canada International (RCI) diffuse sur ondes courtes à Cuba. Pour obtenir un indicateur des fréquences et des heures de diffusion, consultez le site Web de RCI (www.rcinet.ca), écrivez par courriel à l'adresse info@rcinet.ca ou composez le (514) 597-7500.

Les communications téléphoniques sont difficiles. Les appels restent souvent sans réponse, même dans les grands établissements. Les problèmes sont aussi d'ordre technique, l'appel pouvant être dirigé vers un autre numéro que celui qui a été composé. Il faut de la patience pour effectuer un appel interurbain (surtout après la pluie). On trouve de bons services de téléphonie cellulaire dans la plupart des grandes villes. Les Canadiens peuvent se servir de leur propre téléphone cellulaire, pourvu qu'il soit compatible avec les normes américaines. Pour ce service, il vaut mieux prendre des arrangements à l'avance auprès de Cubacel — Calle 28 no 510, Miramar, La Havane, (indicaftif du pays et code régional : 53-7/ tél. : 880-2222/ téléc. : 880-0000, site Web (en espagnol seulement) : www.cubacel.com.

Haut de la page

11. PROGRAMME DE MÉDECINE DES VOYAGES DE SANTÉ CANADA

Santé Canada et l'Organisation mondiale de la Santé signalent que différentes maladies peuvent se produire à Cuba, entre autres la fièvre dengue, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la tuberculose.

Santé Canada surveille présentement l'occurrence de la fièvre dengue à Cuba. Pour obtenir de plus amples renseignements et des conseils au sujet de la fièvre dengue, veuillez consulter le site Web du Programme de médecine des voyages de Santé Canada (voir ci-dessous).

On recommande aux Canadiens de consulter un médecin ou un spécialiste de la médecine des voyages bien avant leur départ, afin de déterminer les risques pour la santé et les vaccins nécessaires. Parmi les facteurs qu'il est important de prendre en compte, mentionnons l'état de santé de la personne, son statut d'immunisation, le lieu du voyage et la situation sanitaire sur place. Des vaccins et d'autres mesures de précaution particulières peuvent être nécessaires. Pour obtenir la liste des cliniques santé-voyage, communiquez avec le Programme de médecine des voyages de Santé Canada en composant le (613) 957-8739. Vous trouverez des renseignements sur la santé à l'intention des voyageurs au site Web de Santé Canada (www.SanteVoyage.gc.ca).

Les voyageurs doivent s'assurer que leurs immunisations courantes (d'enfance) (contre le tétanos, la diphtérie, la polio, la rougeole, par exemple) sont à jour. La vaccination contre la fièvre jaune peut être requise pour entrer dans certains pays. Selon le risque d'exposition, on leur recommande parfois également de se faire vacciner contre l'hépatite A, la fièvre typhoïde ou d'autres maladies. Plusieurs maladies sévissent dans le monde entier. Les maladies transmissibles sexuellement (MTS), dont le VIH-SIDA et l'hépatite B, frappent tous les pays du monde et le voyageur peut être exposé à la fois à une infection virale et à une infection bactérienne, en particulier s'il a des relations sexuelles non protégées. La tuberculose représente un risque considérable dans certains pays. La grippe constitue également un sujet d'inquiétude et l'immunisation peut être recommandée selon la destination et la période de l'année. Il y a des cas de rage partout dans le monde et la lutte contre cette maladie est inefficace dans certaines régions; le risque d'exposition peut être plus élevé dans les régions éloignées. La diarrhée du voyageur peut être causée par des virus, des bactéries ou des parasites présents dans de l'eau ou dans des aliments contaminés. Les voyageurs ont tout intérêt à s'assurer que l'eau et les aliments qu'ils consomment ne présentent pas de danger.

Des maladies infectieuses peu courantes au Canada peuvent survenir et même être généralisées dans d'autres pays. Des infections contractées à l'étranger, entre autres la tuberculose, la diarrhée et les MTS, pourraient résister aux traitements antibiotiques courants en Amérique du Nord. Il est possible que les normes de soins médicaux ne soient pas les mêmes qu'au Canada. Les traitements peuvent être chers et doivent souvent être payés d'avance. On recommande aux voyageurs canadiens de souscrire avant leur départ pour l'étranger à une assurance de soins médicaux comportant une clause de rapatriement sanitaire d'urgence. Par ailleurs, ils devraient garder leurs médicaments dans l'emballage d'origine et emporter leur ordonnance.

Si vous êtes souffrant à votre retour au Canada, consultez un médecin dès que possible. Indiquez-lui, sans attendre qu'il vous le demande, où vous avez été. De même, si vous avez été malade pendant votre voyage, consultez votre médecin et indiquez-lui les symptômes que vous avez eus et le traitement que vous avez reçu.

Haut de la page

12. INFORMATION SUR LES SERVICES DE SANTÉ LOCAUX

Cuba dispose de bons services médicaux, bien que certains médicaments et équipements courants soient parfois impossibles à trouver.

L'hôpital Círa García offre des services de santé réservés aux ressortissants étrangers, dont le paiement doit être garanti à l'avance (Clínica Círa García, Calle 20 no 4191, au coin de la 41e Avenue et de Playa; tél. : 204-2668 ou 204-2489). D'autres hôpitaux de La Havane offrent également des services aux étrangers, notamment l'hôpital Hermanos Amejeiras (adresse : San Lázaro no 701, Centro Habana; tél. : 537-877-6072 et 537-873-2934) et l'hôpital Comandante Manuel Fajardo, où l'on trouve le seul service psychiatrique qui accepte des patients étrangers (adresse : Zapata y D. Vedado; tél. : 537-55-2466 et 537-33-3701). De plus, des cliniques internationales Servimed offrent des soins médicaux d'urgence et sont situées dans la plupart des principaux lieux touristiques de l'île.

Les utilisateurs de médicaments sur ordonnance doivent vérifier si les médicaments qu'ils prennent sont autorisés à Cuba. Étant donné que les stocks dans les pharmacies sont parfois épuisés, il est recommandé aux visiteurs d'apporter avec eux des médicaments de base, en particulier s'ils se rendent dans des régions périphériques.

La plupart des compagnies d'assurance n'acceptent pas les copies et les télécopies. Certaines d'entre elles prennent énormément de temps à payer les factures d'hôpital et on pourrait vous interdire de quitter le pays tant que vous n'aurez pas acquitté vos factures. Si cela se produit, vous devrez payer de votre poche, obtenir une facture détaillée et remplir une demande de remboursement une fois de retour au Canada. Pour plus d'information, veuillez consulter la section 16.

Haut de la page

13. LE RETOUR AU CANADA

Les voyageurs doivent déclarer tout ce qu'ils ont acheté à l'étranger, achats personnels ou cadeaux ainsi qu'articles achetés dans les boutiques hors taxes au Canada ou à l'étranger. Conservez les reçus originaux. Le Canada impose des restrictions à l'importation de certains produits. Pour rapporter de la viande ou des produits laitiers, des plantes, des armes, des véhicules, des animaux exotiques ou des produits fabriqués avec leur peau ou leurs plumes, veuillez demander conseil à l'avance aux Services à la frontière de l'Agence des services frontaliers du Canada (www.cbsa-asfc.gc.ca) ou au Centre des armes à feu Canada (www.cfc.gc.ca). Le livret Je déclare (www.cbsa-asfc.gc.ca/F/pub/cp/rc4044/) indique ce que les voyageurs peuvent et ne peuvent pas rapporter au Canada après une absence de moins d'un an.

Haut de la page

14. L'ADOPTION INTERNATIONALE

Il est presque impossible pour des étrangers d'adopter des enfants à Cuba.

Haut de la page

15. CONSEILS DE VOYAGE

Vous devriez :
a) pour tout voyage à l'étranger, emporter votre passeport canadien;
b) conserver sur vous une photocopie de la page d'identification de votre passeport;
c) conserver séparément votre passeport, vos titres de transport et votre argent;
d) garder vos objets de valeur et votre passeport dans un endroit sûr et n'avoir sur vous que l'argent nécessaire aux dépenses prévues;
e) confier une copie de votre itinéraire et une preuve de citoyenneté à un membre de votre famille ou à un ami;
f) emporter des documents signés par les deux parents et certifiés, autorisant un enfant de moins de 18 ans à voyager seul ou avec un adulte (un parent ou un enseignant), ou des documents certifiés signés par le parent absent si un seul de ses parents accompagne l'enfant, en plus d'une copie du jugement de séparation ou de divorce, ou du certificat de décès, le cas échéant; et
g) éviter de vous rendre dans des lieux inconnus ou isolés sans avoir au préalable obtenu de l'information ou de l'aide.

Haut de la page

16. ASSURANCE MALADIE ET ASSURANCE VOYAGE

Les voyageurs ne doivent pas compter sur leur régime provincial d'assurance maladie pour régler la note en cas de maladie ou de blessures dans un pays étranger. Ces régimes couvrent, au mieux, une partie des frais. Il est conseillé de contracter une assurance complémentaire, dont vous devrez bien comprendre les clauses. Les détenteurs de certaines cartes de crédit bénéficient d'assurances voyage et maladie, mais il ne faut pas tenir pour acquis que cette couverture est suffisante seule. On recommande aux voyageurs d'avoir avec eux toutes les précisions concernant les assurances et d'indiquer à leur agent de voyage, à un ami ou à un parent au Canada, ainsi qu'à un compagnon de voyage comment joindre leur assureur. Avant de rentrer au Canada, demandez au médecin ou à l'hôpital de vous remettre une facture détaillée. Il faut toujours fournir les reçus originaux des ordonnances ou des services médicaux reçus à l'étranger; la plupart des compagnies d'assurance n'acceptent pas les copies ou les télécopies.

Les frais à payer pour les services obtenus à l'hôpital ou à une clinique peuvent s'élever à des milliers de dollars et même à des dizaines de milliers de dollars pour des traitements de routine. Il est important d'avoir une assurance-maladie de voyage. Vous pourriez ne pas pouvoir quitter le pays avant d'avoir acquitté la facture de l'hôpital.

Asistur (http://www.asistur.cu/quienes/quienesing.asp) est une société cubaine qui offre de l'aide aux voyageurs. Elle a des bureaux partout à Cuba et peut vous aider pour des questions liées aux soins médicaux, à l'argent, au rapatriement et si vous avez des problèmes juridiques. On peut joindre un de ces bureaux, 24 heures sur 24, en composant les numéros suivants : (537) 33-8527, 33-8920, 33-8339, 867-1315 et 866-4121.

L'annulation d'un voyage déjà organisé risque d'occasionner des frais. Avant d'annuler un déplacement à l'étranger, les voyageurs ont intérêt à en discuter avec leur agent de voyages, leur assureur ou leur compagnie aérienne. La décision d'effectuer le déplacement incombe uniquement au voyageur.

Haut de la page

17. INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES

La Direction générale des affaires consulaires d'Affaires étrangères Canada diffuse : a) les Conseils aux voyageurs (http://www.voyage.gc.ca/dest/ctry/reportpage-fr.asp), qui renferment de l'information – santé, sécurité et exigences d'entrée – sur des pays; b) une page d'Actualités (www.voyage.gc.ca/main/sos/ci/all-fr.asp), qui conseille les voyageurs sur les situations d'urgence et les crises actuelles dans le monde; c) les Dernières nouvelles (www.voyage.gc.ca/dest/ctry/sub-fr.asp), messages électroniques qui signalent chaque jour les mises à jour apportées à la section Actualités et aux Conseils aux voyageurs; et d) une série de publications gratuites (www.voyage.gc.ca/main/pubs_menu-fr.asp), qui contiennent des conseils et de l'information pour voyager sans ennui et en toute sécurité.

Pour obtenir de plus amples renseignements, vous pouvez communiquer avec la Direction générale des affaires consulaires par téléphone : 1 800 267-6788 ou (613) 944-6788; par courriel : voyage@dfait-maeci.gc.ca; par l'entremise du site Web : http://www.voyage.gc.ca/dest/ctry/reportpage-fr.asp; ou encore à l'aide d'un ATS : (613) 944-1310 ou 1 800 394-3472 (au Canada et aux États-Unis). Il est également possible d'obtenir des renseignements spécifiques en s'adressant à un représentant consulaire dans l'un des bureaux du gouvernement du Canada à l'étranger (www.voyage.gc.ca/main/foreign/fordest/foreign_view_client-fr.asp).

Haut de la page

 

 

Info rapides